2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Monday, April 16, 2007

*ÉLYSÉE 2007 • Ségolène, Nicolas et François sur le divan*


*** Notant le grand intérêt des médias français pour la vie privée des trois princpaux candidats à l'élection présidentielle, l'hebdomadaire bulgare Kapital décrypte à son tour leur enfance et leurs motivations profondes.

De tous les stéréotypes sur les Français, c'est celui du "triangle amoureux" qui est le plus en vogue en Bulgarie. La campagne pour l'élection présidentielle ne fait que confirmer cette certitude. La candidate des socialistes, Ségolène Royal et le candidat de la droite, Nicolas Sarkozy, obnubilés par leur confrontation, se voyaient déjà au second tour lorsqu'ils ont réalisé avec effroi que les Français semblaient préférer un scénario un brin plus piquant : une triangulaire. Le principal responsable de ce ménage à trois est celui qui jouait jusqu'à présent le rôle de l'outsider, François Bayrou, de l'Union des forces démocratiques (UDF).

Ce scénario triangulaire pour le plus haut poste de l'Etat n'est pas la seule nouveauté de la vie politique française. C'est aussi la première fois que la vie personnelle des candidats s'étale à ce point dans les médias. Jusqu'à présent, les hommes politiques français étaient épargnés par les paparazzi qui, par un accord tacite, ne mettaient pas trop leur nez dans leur vie privée. Aujourd'hui, Ségolène Royal refuse de poursuivre en justice un magazine qui a publié des photos d'elle portant un bikini couleur turquoise. La peopolisation s'abat sur chaque détail de la vie des candidats, prenant une dimension quasi psychanalytique. Pour les professionnels de la psychanalyse, peu importe la véritable histoire des uns et des autres : ce qui compte est ce que nous croyons avoir vécu, cette part de notre histoire que nous assumons et partageons avec les autres.

Penchons-nous maintenant sur les histoires de Ségolène, de Nicolas et de François.

La première peut se targuer d'une enfance digne d'un roman de Zola. Son despote de père ("j'ai cinq enfants et trois filles"), est un colonel de l'armée française qui ne cache pas ses sympathies pour l'extrême droite. Elle se jure de réussir au nom de sa mère qui, malgré son souhait, n'arrive pas à se séparer de son père : une source de problèmes incessants dans son enfance. Par la suite, après avoir traîné son père devant les tribunaux pour obtenir une pension alimentaire, elle rompt avec sa famille.

L'enfance de son alter ego, Nicolas, semble tout aussi chargée. Né à Paris, Nicolas Sarkozy est issu d'un milieu familial tout sauf banal.

Son père, Paul Sarkozy, de Nagy Bocsa, qui appartient à la petite noblesse hongroise, fuit la Hongrie communiste pour la France où il se marie à Andrée Malach, issue d'une famille de commerçants juifs de Salonique. La fuite étant visiblement une constante du caractère paternel, ce dernier s'affranchit des obligations professionnelles et familiales et vit une vie mouvementée. Après le divorce de ses parents, le petit Nicolas grandit donc, avec ses deux petits frères, sous l'aile de son grand-père maternel. La recherche du père, y compris plus tard en politique, devient ainsi chez lui une obsession.

Le père de François Bayrou, lui, trouve la mort lors d'un accident dans la ferme familiale du sud-ouest du pays. Malgré son goût pour les livres, l'aîné de la famille, François, se voit ainsi obligé de prendre le relais.

Il est incontestable que Ségolène puise ses convictions et ses forces dans l'épreuve de son enfance et dans un milieu familial où la femme était systématiquement rabaissée. D'où la part d'ombre aussi dans son personnage (son surnom passe souvent de "Zapatera" à "Zapaterror") : on dit qu'elle peut être autoritaire, suspicieuse, capable d'accuser de machisme tout homme se dressant sur son chemin. Le fait qu'elle soit la première femme à briguer l'Elysée est un avantage comme un inconvénient. D'autant plus que, à la différence des deux autres précédents dans les grandes démocraties occidentales, Margaret Thatcher et Angela Merkel, elle revendique sa différence et affirme que les femmes sont capables d'exercer autrement le pouvoir.

Nicolas semble beaucoup plus monolithique, surtout lorsqu'il incarne un ministre de l'Intérieur sans compromis. Depuis peu, il n'hésite pourtant pas à mettre en avant sa complexité. Les menaces et les injures qu'il proférait lors des troubles dans les banlieues de 2005 - le fait de la "racaille" selon lui -, se sont éclipsées au profit de l'amour qu'il porte aux uns et aux autres, et surtout à la France. "J'ai changé", n'a-t-il de cesse de répéter depuis le début de l'année. Le changement s'est fait aussi dans la sphère privée : sa séparation, très médiatique, avec Cécilia, s'est muée en réconciliation tout aussi médiatique. Outre le fait que Cécilia est redevenue son principal conseiller, sa présence fait de lui quelqu'un de "plus mûr", dit son entourage.

François Bayrou bégayait lorsqu'il était enfant, un handicap qu'il dit avoir surmonté grâce la poésie, essentiellement du Paul Eluard, qu'il lisait dans le grenier de la maison paternelle. Lorsqu'il prend lui-même la plume, l'écrivain Bayrou n'est jamais très loin du candidat Bayrou : une biographie d'Henri IV, un roi rassembleur tout comme il ambitionne d'être, et un livre sur l'état de la France, devenu rapidement un best-seller. Ancien enseignant, n'hésitant pas à converser en grec ancien avec la presse hellénique, il se rapproche de l'Olympe avec la conviction de remplir une mission divine : des rumeurs persistantes disent qu'il a confié un jour être certain de remporter la présidentielle grâce à une prédiction de la Vierge Marie. Mais la ferme, la terre et les animaux le ramènent toujours à la réalité. Grâce à l'argent gagné par ses livres, François réalise un rêve d'enfance : il élève des chevaux de course, dont certains ont déjà gagné quelques trophées. Mais lorsque les médias ont voulu en savoir davantage à l'approche des élections, le candidat Bayrou, qui ne veut surtout pas apparaître comme un grand bourgeois, a changé son fusil d'épaule, et c'est désormais au volant de son tracteur qu'on le voit évoluer dans la campagne présidentielle. Au même moment, son épouse Elisabeth, connue pour ses recherches spirituelles, a annoncé avoir commencé l'apprentissage de l'arabe.

Vladi Nikolov
Kapital
COURRIER INTERNATIONAL
16 avr. 2007

No comments: