2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Tuesday, April 17, 2007

*Le gouvernement suédois donne un tournant à droite à sa politique sociale*

*** Le gouvernement suédois de centre-droit durcit le ton vis-à-vis des jeunes chômeurs trop passifs ou récalcitrants aux offres proposées par les agences de l'emploi. Sous prétexte d'une "garantie pour l'emploi", le ministre conservateur des finances, Anders Borg, a annoncé lundi 16 avril, en présentant son budget de printemps, le lancement en fin d'année d'une série de mesures pour les mettre au travail plus rapidement.

Les jeunes au chômage depuis plus de trois mois devront chercher du travail 30 heures par semaine à l'Agence de l'emploi avec l'aide d'un conseiller personnalisé. Le montant de l'assurance-chômage, déjà amputé depuis le début de l'année, l'est encore plus pour les jeunes qui ne toucheront 80 % de leur salaire que durant 100 jours, au lieu de 200 pour leurs aînés (300 auparavant). En cas de refus, ils pourront purement et simplement perdre le droit à l'allocation-chômage.

L'opposition social-démocrate a dénoncé "un bluff rhétorique", qui ne garantit aucun emploi et ne sert qu'à baisser les coûts du chômage pour l'Etat. La question de l'emploi des jeunes avait été l'une des questions centrales de la campagne électorale de 2006. Il demeure extrêmement élevé, de l'ordre de 13 % pour les 16-24 ans, comparé au taux de chômage moyen d'environ 4,8 %.

Le plan annoncé par le gouvernement se heurte à la Confédération syndicale qui dénonce depuis des mois une détérioration générale de l'assurance-chômage qui va, selon elle, presser les salaires vers le bas. Elle redoute que ceux-ci chutent en dessous des salaires négociés dans le cadre des accords collectifs tous puissants en Suède, puisque le salaire minimum, par exemple, n'est pas garanti par la loi.

GARANTIE DE LOGEMENT

Le gouvernement se défend en proposant dans le même temps des garanties pour permettre aux jeunes salariés de trouver plus facilement un logement. L'idée est de donner aux jeunes une chance d'obtenir un contrat locatif de première main alors que les bas salaires ou ceux qui multiplient les emplois précaires ou intérimaires sont écartés par les propriétaires.

Le logement est devenu un vrai casse-tête pour beaucoup de jeunes, obligés de trouver des contrats de seconde main généralement beaucoup plus chers. "Le problème n'est pas seulement d'avoir un emploi fixe, estime Robert Nilsson, un cuisinier de 30 ans venu du grand nord à Stockholm. C'est le niveau de prix des appartements à acheter, car on n'en trouve presque plus à louer, ou alors dans des lointaines banlieues." Selon la proposition actuelle, qui avait été lancée par les sociaux-démocrates, ceux qui cherchent un loyer, et disposent d'un revenu, pourront se retourner vers la commune qui se porterait garante pendant deux ans et à hauteur de six mois de loyer. Mais il est peu probable que la mesure aura l'effet désiré dans les grandes villes dans lesquelles la bulle immobilière et la vente massive du parc locatif depuis des années, sous les encouragements de la droite, rend l'accès à des locations quasi-miraculeux.

Ces mesures, qui viennent s'ajouter à la suppression de l'impôt sur la fortune et à celle de la taxe foncière, font dire à l'opposition qu'il ne s'agit que d'une politique pour les nantis. "Une politique injuste et irresponsable", a critiqué Pär Nuder, ancien ministre social-démocrate des finances. Pour la gauche, le gouvernement montre son vrai visage, alors que le Parti conservateur du premier ministre Fredrik Reinfeldt avait fait campagne en se présentant comme "le nouveau parti des travailleurs", disant qu'il ferait de l'emploi sa priorité tout en préservant le modèle suédois.

Olivier Truc
Article paru dans l'édition du 18.04.07.
LE MONDE

No comments: