2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du "HUB EUROPEAN UNION", Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire (Blue Book) de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles. * President & Founder HUB « DIGITAL DIPLOMACY» «DIPLOMATIE NUMERIQUE ». *‪Fondatrice HUB 
‪« DIGITAL DIPLOMACY» : « POLITIQUE & SOCIAL NETWORKING ». *Fondatrice HUB « ECOLOGIE &INNOVATION : DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIE SIÈCLE!»* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Sunday, October 31, 2010

*Europe and you...*



Have you ever wondered what exactly is that the European Union does for you? If so, this video provides the answer with a brief glimpse at 10 actions that have been put in place over the past year and that will make a real difference in the lives of each and everyone of us.http://ec.europa.eu/snapshot/index_en...

Bien à vous,
Morgane BRAVO

*Le Prix Charlemagne pour la jeunesse européenne 2011 est ouvert !*

Présentation du concours

Le prix Charlemagne pour la jeunesse européenne vise à encourager le développement  d'une conscience européenne parmi les jeunes, ainsi que leur participation au projet d'intégration européenne. Le prix récompense des projets réalisés par des jeunes, promouvant la compréhension et le développement du sens commun de l'identité européenne et offrant des exemples pratiques d'Européens vivant au sein d'une même communauté.

Le prix Charlemagne pour la jeunesse européenne est décerné chaque année conjointement par le Parlement européen et par la Fondation du prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle.

Comment remplir le bulletin d'inscription

  1. Indiquez les informations personnelles, soit au nom d'une personne, soit pour un groupe. Ajoutez ou supprimez des noms si nécessaire. Important: compléter un formulaire par groupe ou par participant individuel. Les formulaires complétés par des sources extérieures ne seront pas acceptés.
  2. Téléchargez le formulaire de déclaration du candidat (déclaration de financement de l'UE), complétez-le, signez-le, scannez-le et chargez-le sous forme d'annexe.
  3. En ce qui concerne le descriptif du projet, veuillez noter que vous devez envoyer la description détaillée en tant qu'annexe. Si nécessaire, vous pouvez envoyer plusieurs fichiers. Les formats acceptés sont: doc(x), pdf, xls(x), ppt, odt, txt, jpg, gif.
  4. Veillez à présenter un résumé de votre projet dans les langues suivantes: anglais (EN), français (FR) ou allemand (DE). Important: le résumé doit être succinct mais complet et reprendre les principaux aspects du projet. Le résumé est généralement le premier élément que le jury prend en considération lorsqu'il évalue un projet.
  5. NB: dans le cas d'un projet collectif ou multinational, le projet ne peut être présenté que dans un seul pays.
  6. Après avoir fourni toutes les informations demandées, cliquez sur "envoyer" et attendez le message de confirmation. Vous pouvez ensuite imprimer votre bulletin d'inscription à des fins d’archivage.
 .
 .Téléchargez le formulaire de déclaration du candidat








Date limite d'envoi: 23 janvier 2011
Bien à vous,
Morgane BRAVO



Saturday, October 30, 2010

*Conclusions sur une politique européenne globale en matière d'investissements internationaux*


3041ème session du Conseil AFFAIRES ETRANGERES 
Luxembourg, le 25 octobre 2010

Le Conseil a adopté les conclusions suivantes:

"LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

1. RECONNAISSANT que les investissements étrangers directs jouent un rôle crucial pour ce qui est de favoriser la compétitivité, la croissance économique et la productivité, de renforcer les relations commerciales entre les pays et de contribuer au développement durable, à la création d'emplois et à l'accroissement des effets bénéfiques pour les consommateurs;

2. CONSCIENT de l'importance que revêtent les investissements étrangers directs dans le cadre de la compétence exclusive conférée à l'UE pour la politique commerciale commune en vertu de l'article 3, paragraphe 1, point e), et de l'article 207 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne;

3. RAPPELANT les conclusions du Conseil européen sur l'adoption, le 17 juin 2010, de la stratégie "Europe 2020" pour l'emploi et une croissance intelligente, durable et inclusive1;

4. SE FÉLICITE de la communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des régions intitulée "Vers une politique européenne globale en matière d'investissements internationaux", datée du 7 juillet 20102;

5. CONVIENT que les investissements étrangers directs sont importants pour la croissance économique et soutient pleinement l'élaboration d'un cadre d'action commun en matière d'investissements qui établisse des conditions de concurrence équitables pour tous les investisseurs de l'UE dans des pays tiers et pour les investisseurs de pays tiers dans l’UE;

6. ESTIME qu'il est possible de créer une politique efficace, ambitieuse et globale de l'Union en matière d'investissements dans un environnement mondial en évolution. Cette politique devrait contribuer à la concrétisation de l'objectif visant à ce que l'Union continue à attirer et générer le plus d'investissements au monde et refléter l'engagement de l'Union à maintenir un environnement ouvert aux investissements, conformément à la nouvelle stratégie
"Europe 2020". La nouvelle politique de l'UE en matière d'investissements internationaux devrait accroître le niveau de compétitivité de l'Union et ouvrir de nouveaux marchés;

7. CONVENANT qu'il est important d'adopter une approche globale pour façonner la future politique de l'UE en matière d'investissements internationaux qui n'établisse aucune distinction entre différents types d'investisseurs et leurs investissements, EST FAVORABLE à ce que, conformément à la suggestion de la Commission, un large champ d'application soit prévu pour la nouvelle politique de l'UE en la matière, qu'il faudra développer dans le strict respect des compétences respectives de l'Union et de ses États membres définies par les traités;

8. PARTAGE le point de vue selon lequel la création d'une politique commune de l'UE en matière d'investissements internationaux devrait accroître le niveau de protection et de sécurité juridique dont bénéficie actuellement l'investisseur européen dans les pays tiers. L'action de l'Union à cet égard doit être guidée par le principe d’efficacité;

9. Compte tenu du fait que les accords d'investissement bilatéraux conclus par les États membres avec des pays tiers constituent, à ce jour, la principale source de protection et de sécurité juridique pour l'investisseur européen dans lesdits pays, SOULIGNE que le nouveau cadre juridique ne devrait pas avoir d'incidence négative sur la protection et les garanties dont bénéficient les investisseurs en application des accords en vigueur. Cette priorité doit être dûment prise en considération dans le règlement à adopter afin d'établir des dispositions transitoires pour les accords d'investissement bilatéraux entre les États membres et les pays tiers. Conformément à l'article 351 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, les accords d'investissement bilatéraux conclus par les États membres devraient continuer à offrir une protection et une sécurité juridique aux investisseurs jusqu'à ce qu'ils soient remplacés par des accords de l'UE qui produisent des effets au moins comparables;

10. PRÉCONISE une approche pragmatique et réaliste reposant sur la mise en place d'un cadre juridique habilitant les États membres à négocier et à conclure des accords d'investissement bilatéraux avec des pays tiers quand aucun accord d'investissement avec ces derniers n'est envisagé à court terme par l'UE. Les procédures prévues par ce cadre juridique devraient être simples, rapides et efficaces et menées à bien par les États membres et la Commission dans un esprit de bonne coopération;

11. INSISTE sur la valeur ajoutée que peut apporter une approche cohérente des modalités d'information des pays tiers sur l'élaboration et la mise en œuvre de la nouvelle politique de l'UE en matière d'investissements. Cette approche viserait à ce que, au sein de l'UE comme dans les pays tiers, le climat d'investissement et le sentiment de confiance des investisseurs restent aussi positifs que possible;


Bien à vous,
Morgane BRAVO

*La stratégie l'Union pour l'innovation ne donne pas suffisamment de poids à industrie*



La nouvelle stratégie "l'Union pour l'innovation" - une initiative-phare de la stratégie Europe 2020 - accorde un poids insuffisant à l'industrie, selon M. Jean-Claude Marcourt, président du Conseil «Compétitivité» de l'UE et ministre wallon de l'économie, à l'ouverture de la conférence de la Présidence belge de l'UE consacrée au traitement des défis sociétaux par l'entrepreneuriat et l'innovation.
D'après M. Marcourt, les délégations des États membres de l'UE au récent Conseil «Compétitivité» de l'UE ont certes salué la communication de la Commission européenne sur l'Union pour l'innovation, mais la majorité d'entre elles ont exprimé leur regret face à l'attention insuffisante accordée à l'industrie.
«L'innovation n'est pas seulement une question de technologie. Il s'agit de la réponse à nos besoins en termes de changement climatique, de vieillissement de la population et également de notre réaction à la crise économique», a-t-il déclaré.
Soulignant le rôle important que les régions européennes peuvent jouer dans la relance de la compétitivité par l'innovation, il a ajouté: «À l'avenir, les régions apporteront une contribution majeure à la stimulation de l'innovation, en particulier au travers de la «spécialisation intelligente.»
La région Wallonie a été pionnière dans le développement des «grappes de compétitivité» qui rassemblent des entrepreneurs, des chercheurs et d'autres parties prenantes au sein de concentrations industrielles spécialisées, telles que l'aérospatiale, l'industrie agroalimentaire, la santé, l'ingénierie mécanique et le secteur transports et logistique. Le programme «Wallonie créative», qui sera lancé vendredi 29 octobre, concentrera de nouveaux efforts sur les industries créatives de la région.
«Ce type de partenariat constitue la base à partir de laquelle l'innovation se diffusera dans tout le tissu économique, a précisé M. Marcourt. De nombreuses entreprises se lancent dans l'innovation dans le contexte de grappes industrielles compétitives.»
La conférence de la Présidence de l'UE intitulée «Repenser l'Europe: relever les défis sociétaux grâce à l'entrepreneuriat et l'innovation» a rassemblé quelque 650 membres du réseau Europe INNOVA de praticiens de l'innovation et des acteurs-clés de l'innovation issus des milieux de la politique, de l'université et des affaires pour examiner comment les défis économiques et sociétaux de l'Europe peuvent être traités en accélérant l'innovation dans l'UE.
Cette manifestation a lieu à un moment où l'Union européenne appelle à l'innovation industrielle pour aider l'Europe à sortir de la crise économique actuelle et à devenir la nouvelle assise économique d'une Union prospère.
S'adressant aux participants à la conférence, M. Heinz Zourek, directeur général de la DG Entreprise et industrie de la Commission européenne, a déclaré: «Il peut y avoir de l'innovation avec ou sans recherche, mais pas sans les entrepreneurs qui apportent de nouvelles idées sur le marché. L'Europe ne manque pas tant d'idées novatrices, mais plutôt d'entrepreneurs qui prennent des risques et veulent croître rapidement».
Tout en se félicitant des efforts de l'UE pour stimuler la recherche, M. Zourek a également confirmé la nécessité d'une action concertée au niveau industriel. «La recherche et l'innovation sont nécessaires au développement de nouvelles technologies et d'opportunités commerciales. Mais construire une solide base de connaissances ne suffit pas, en soi, pour garantir le succès, a-t-il averti. Il n'y a pas d'innovation sans entrepreneuriat», a-t-il précisé en mettant en lumière le fait que les PME sont souvent les moteurs d'une dynamique de l'innovation.
«Il est certes important de créer davantage d'entreprises start-up et d'essaimage en Europe, mais il nous faut également des PME ayant l'ambition de devenir des sociétés mondiales à croissance élevée.»
Il a insisté sur l'importance de promouvoir en permanence les grappes industrielles pour regrouper les ressources et les idées au niveau local et régional et favoriser le changement industriel et le développement économique.
Désormais, a-t-il expliqué, l'Europe doit mettre l'accent sur le développement de «grappes de classe mondiale» reconnues à l'échelle internationale comme des lieux névralgiques pour l'innovation et l'investissement dans des domaines prometteurs.
Selon lui, l'industrie est, et devrait être, continuellement en train de s'adapter aux changements du marché et, puisque l'industrie change, il doit en être de même pour la politique industrielle. La politique industrielle européenne doit mettre à profit le vent nouveau qui souffle sur l'innovation pour créer de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités d'affaires.
«Et la question politique ne consiste plus à "faire la cueillette des gagnants" mais plutôt à offrir des incitants adéquats induisant un changement structurel qui favorise l'émergence de nouvelles industries et permet de relever plus adéquatement les défis sociétaux», a-t-il ajouté.
Citant l'exemple de la stratégie de développement économique de la Wallonie, le directeur général de la Commission a souligné que les industries et les petites et moyennes entreprises européennes doivent également être aidées au niveau de l'UE pour devenir plus compétitives et mieux à même d'affronter la concurrence mondiale. Or l'innovation est un élément crucial pour atteindre cet objectif, a-t-il déclaré.
La conférence sera l'occasion de présenter trois nouvelles initiatives de la Commission pour promouvoir l'innovation industrielle dans le contexte de la stratégie Europe 2020 dans les domaines suivants:
  • groupes transnationaux d'achat par marché public ciblant des produits innovants
  • une plate-forme de soutien des industries européennes mobiles et de mobilité
  • un nouveau groupement de parrainage des industries créatives en Europe

Bien à vous,
Morgane BRAVO

Friday, October 29, 2010

*BREF APERCU : Conférence à Paris de M. Pierre Marc Johnson, ancien Premier Ministre du Québec*

M. Michel Robitaille, Délégué général du Québec à Paris & M. Pierre Marc Johnson, ancien Premier ministre du Québec

Le 28 Octobre 2010, à la Délégation générale du Québec à Paris :

A propos de l'Invitation du Délégué général du Québec, 
M. Michel Robitaille, qui succède  depuis le 4 octobre à M. Wilfrid-Guy Licari.

Crédit Photos©Morgane BRAVO
M. Michel Robitaille, Délégué général du Québec à Paris

M. Pierre Marc Johnson, ancien Premier ministre du Québec

 Dans le cadre des activités du Club Economique France-Québec :
Conférence de Monsieur  Pierre Marc Johnson, ancien Premier ministre du Québec
Négociateur en chef du Gouvernement du Québec dans le projet d’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union Européenne
Avocat-conseil auprès du Cabinet Heenan Blaikie

Sur le thème : « Accord entre le Canada et l’Union Européenne dès l’an prochain ? ».  

M. Pierre Marc Johnson, ancien Premier ministre du Québec

*Félicitations! Une brillante intervention de la part  de M.  Pierre Marc Johnson !

Le Sommet Canada-UE à Prague en mai dernier donnait le coup d'envoi des négociations d'un Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne. En 2007, la valeur des échanges commerciaux entre les deux ensembles se chiffrait à 80 milliards $. Au cours de la seule année 2007 à 2008, nos exportations vers l'Union européenne ont bondi de 25 %, alors que celles vers les États-Unis ont reculé de 7,6 %. Pour sa part, le Québec a exporté pour 10 milliards $ de biens et services vers l'Europe en 2007.
La future entente Canada-UE s'inscrit dans la lignée des accords de nouvelle génération, cherchant à aller au-delà du simple libre-échange des biens et services. En effet, les sphères d'activités suivantes sont abordées dans le cadre des négociations: commerce des biens et services, obstacles techniques au commerce, mobilité de la main-d'œuvre, investissements, marchés publics, politique de concurrence, sociétés d'État, coopération et collaboration en développement durable, travail et réglementation, etc.
En mai dernier, le Premier ministre du Québec, M. Jean Charest, nommait Me Pierre Marc Johnson négociateur en chef du Québec dans le cadre de ces négociations. Pour une première fois dans ce type de pourparlers, le Québec pourra prendre des engagements aux tables de négociations. Le Québec et les autres provinces, par ailleurs, seront consultés par les autorités fédérales sur l'ensemble des enjeux...
*Nous souhaitons Bonne chance à M. Michel Robitaille, qui succède depuis le 4 octobre à M. Wilfrid-Guy Licari.

A SUIVRE...!

Bien à vous,