2010*50Years of Traineeships at the European Commission*

2010*50Years of Traineeships at the European Commission*
*Creation since 2006. From Paris, France. Fondatrice du HUB UE, Morgane BRAVO* "United in diversity", that's the motto of the EU! *Mieux informer les citoyens UE! « So that Europe, as a global player, is not far from Europeans » * *Ancienne stagiaire ("Blue Book") de la Commission Européenne, au Secrétariat Général. Bruxelles* Présidente et Fondatrice du «Think Tank» Europe-Mexique.

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*

*LES PRINCIPALES INSTITUTIONS DE L'UNION EUROPÉENNE*
Link

Wednesday, October 31, 2007

***Google ligue les réseaux sociaux contre Facebook***

***Google doit dévoiler jeudi une plate-forme ouverte de développement d’applications pour les réseaux sociaux. Cette alternative à MySpace et Facebook annonce l’arrivée de véritables systèmes d’exploitation en ligne.

"Google reprend la main.Une semaine après l’entrée de Microsoft dans le capital de Facebook, aussi remarquée que coûteuse (240 millions de dollars pour 1,6% des parts), le numéro un de la recherche sur Internet rebat les cartes des réseaux sociaux. Jeudi, il doit lancer une plate-forme qui servira à développer facilement des applications pour les sites de socialisation, à la manière de ce que proposent déjà Facebook et bientôt MySpace. Baptisée OpenSocial, sa solution veut fédérer les sites qui bataillent à côté des deux grands. Parmi les premiers partenaires, on retrouve LinkedIn et son équivalent français Viadeo, le pionnier Friendster, HI5, Xing et bien sûr l’outil maison de Google, Orkut qui, en dehors d’une popularité surprenante au Brésil, peine à s’imposer.

Comme souvent lorsqu’il est à la traîne, Google joue l’ouverture. Son interface de programmation – l’API – doit permettre aux développeurs d’accéder aux informations capitales sur le profil, les contacts et les activités des internautes. L’objectif, c’est de concevoir rapidement des applications compatibles sur tous les sites partenaires d’OpenSocial, et éventuellement de tout héberger sur les serveurs de Google. En face, les plates-formes de développement élaborées par Facebook puis par MySpace sont pour l’heure fermées et incompatibles. Plus de 100 millions d’internautes seraient concernés dans un premier temps, deux fois plus que ce que revendique le seul Facebook. Déjà, les auteurs des plus populaires, comme Flickster, Rock You, Slide et iLike, on accepté de réécrire leur code pour OpenSocial et de s’afficher au lancement aux côté de Google.

Depuis mai, près de 7000 applications ont été développées pour la plate-forme fermée de Facebook, dopant les inscriptions et les visites vers le numéro deux mondial. Si l'usage reste pour l’instant majoritairement ludique, centré sur les listes d’amis ou les préférences musicales, ces modules que l’on ajoute à son profil constituent bel et bien une des tendances marquantes d’Internet. A plus long terme, ces sites sociaux pourraient en effet se muer en véritables systèmes d’exploitation sur Internet, une ambition que l’on prête déjà à Google après le lancement de sa suite bureautique en ligne. Concrètement, et contrairement à un Windows ou un Mac OS sur lesquels on installe ensuite un traitement de texte ou des jeux, tout se passerait directement dans le navigateur. A ce titre, la présence de Salesforce.com ou d’Oracle parmi les partenaires d’OpenSocial ne relève pas du hasard.

A plus court terme, l’intérêt est également publicitaire. Les sites de socialisation permettent en effet de connaître très précisément les internautes, dont les principales informations et les passes-temps sont consignés dans des bases de données. Ainsi, les bandeaux insérés dans ces pages seraient plus efficaces qu’ailleurs. Dès 2006, Google acceptait d'ailleurs de verser 900 millions de dollars pour servir la publicité sur MySpace pendant trois ans et demi. Google, lui-même, teste ce ciblage depuis 2004 dans son service de mail, Gmail. De quoi donner des idées à Facebook, qui devrait dévoiler dès la semaine prochaine son propre système publicitaire, SocialAds. Grâce aux données très personnelles qu’il possède sur l’internaute, le site affichera sur ses pages et sur celles des partenaires des publicités ciblées. Une pratique qui rappelle le couple AdSense/AdWords, qui fait la fortune de Google.

L'Expansion.com

31/10/2007

Tuesday, October 30, 2007

***Le projet européen de 'carte bleue' peut-il aboutir ?***


Mardi 23 octobre, la Commission européenne a présenté aux eurodéputés son projet de 'carte bleue', qui doit permettre aux travailleurs hautement qualifiés immigrés de venir travailler en Europe pour une durée déterminée. Toutefois, les gouvernements allemand et autrichien s'y opposent.

Bulgarie - Klassa

Selon le journal, la 'carte bleue' européenne ne fera pas le poids face à la carte verte américaine. "L'UE a enfin compris qu'elle avait besoin de cerveaux pour faire face à la concurrence qui règne dans l'économie mondiale. (...) Mais la 'carte bleue' semble morte dans l'oeuf. D'une part, sa durée de validité est limitée à deux ans, tandis que la carte verte américaine est illimitée dans le temps. Certes, le séjour peut être prolongé à l'issue de ces deux années, et il est également possible de chercher un autre emploi, mais si l'on n'en trouve pas, il faut repartir. C'est pour ces mêmes raisons que le projet de carte verte a échoué en Allemagne il y a quelques années : au lieu des 5 000 Indiens ou Bulgares chevronnés escomptés, seuls quelques centaines sont venus, et la plupart ont quitté l'Allemagne pour les Etats-Unis au terme de leur contrat." (24.10.2007)

Allemagne - Die Welt
Christoph B. Schiltz, correspondant du quotidien à Bruxelles, considère le projet comme une "initiative intéressante" de la Commission européenne, rien de plus. "La proposition de la Commission européenne, malheureusement nettement édulcorée sous la pression d'Etats membres tels que l'Allemagne, suffira-t-elle pour faire le poids face aux Etats-Unis et aux économies asiatiques dans la concurrence mondiale pour la main-d'oeuvre qualifiée ? On peut en douter. Par exemple, la proposition prévoit des restrictions de mobilité considérables. Le permis de travail n'est valable que dans un seul pays et non dans tous les Etats membres. (...) Les réserves de la coalition allemande pourraient bien finir par faire échouer le projet de 'carte bleue' européenne, ou par l'édulcorer encore plus, ce qui pourrait rapporter des voix aux partis au gouvernement lors des élections en Allemagne. Ce serait fatal pour les économies européennes." (24.10.2007)

Belgique - La Libre Belgique
Le chercheur en Sciences sociales Marco Martiniello, directeur du Centre d'Etudes de l'Ethnicité et des Migrations (CEDEM) de l'Université de Liège, livre son point de vue dans un entretien avec Olivier le Bussy. "Visiblement, il y a une difficulté à faire en sorte que les Etats membres voient les choses plus ou moins de la même façon. Il y a une concurrence économique entre Etats membres, une sorte de guerre larvée pour attirer les migrants très qualifiés. Donc certains sont contre cette disposition européenne, parce qu'ils pensent qu'ils vont y perdre des plumes, mais aussi parce qu'elle touche à leur souveraineté. On remarque que c'est plus facile d'avancer sur les questions restrictives, comme les expulsions. Mais pour ce qui touche à l'immigration économique et à l'intégration, les Etats restent frileux. Or le phénomène de l'immigration est par essence transnational." (24.10.2007)

Autriche - Der Standard

Eric Frey critique le rejet du projet européen de 'carte bleue' par le chancelier autrichien Alfred Gusenbauer, qui préfère s'en tenir à une politique d'immigration nationale. "Naturellement, le chancelier sait très bien que les directives européennes déjà approuvées vont ouvrir le marché du travail national à des millions de demandeurs d'emploi dans les années à venir. Pourquoi ne pas accepter quelques milliers d'ingénieurs étrangers plutôt que de les laisser partir en Californie, chez Arnold Schwarzenegger ? Et pourquoi ne pas les autoriser à venir en Autriche après avoir acquis deux ans d'expérience professionnelle en Irlande ou au Danemark ? (...) L'Europe ne peut proposer aucune solution dans les domaines où il est urgent d'agir, et les citoyens se plaignent que l'UE n'est bonne à rien. La 'carte bleue' du commissaire Frattini fait partie de ces solutions - et constitue donc un bon test pour l'avenir de l'Europe." (24.10.2007)

Eurotopics

Monday, October 22, 2007

***Microsoft plie enfin devant les exigences de Bruxelles***


***Microsoft renonce à faire appel de l’arrêt rendu en septembre par la justice européenne et revoit sa politique de licence pour satisfaire Bruxelles. L’Europe a réussi à faire plier le géant américain.

La Commission européenne peut savourer sa victoire. Après bien des déconvenues dans les dossiers de concurrence, elle a refermé lundi le dossier Microsoft sur une ultime réussite. Le groupe américain a d’abord décidé de ne pas faire appel de l’arrêt rendu en septembre par la Cour européenne de justice, qui confirmait dans sa quasi-totalité sa condamnation, en mars 2004, pour abus de position dominante, à une amende record de 497 millions d’euros et à une série de mesures correctives. Ensuite, la dernière de ces mesures correctives et sûrement la plus importante, qui impose à Microsoft de communiquer à ses concurrents des informations pour faire fonctionner leurs logiciels avec Windows, devrait être appliquée sous peu.
Concrètement, Microsoft accepte de modifier sa politique tarifaire jugée « totalement déraisonnable » par la commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes. Les sociétés concurrentes qui veulent accéder à des informations sur Windows pour développer des logiciels pour serveurs compatibles ne devront plus payer qu’un montant unique de 10.000 euros. Microsoft demandait à recevoir initialement 2,98% de toutes les ventes. De même, les droits pour l’utilisation des brevets au niveau mondial sont ramenés à seulement 0,4% du montant des ventes contre 5,95% réclamés auparavant. Surtout, les éditeurs de logiciels libres ont désormais accès à la documentation technique qui doit leur permettre eux aussi de développer des applications interopérables, si les licences coïncident. Microsoft, justement, vient de recevoir l'approbation de l'Open Source Initiative pour deux d'entre elles.

« C'est un jour de victoire pour le consommateur… par pour la Commission », a conclu Neelie Kroes. Bruxelles n’en a toutefois pas encore totalement terminé avec Microsoft. Elle doit encore lui infliger une amende pour avoir tardé depuis trois ans à appliquer ces mesures correctives. Par la suite, Neelie Kroes promet qu’elle restera vigilante sur les futures pratiques du géant, qui devra maintenir à niveau sa documentation technique, en y intégrant ses nouvelles technologies, et se conformer à la décision de 2004 qui « établit un précédent ». Autrement dit, il ne s’agirait pas de profiter à nouveau de la domination de Windows pour imposer d’autres technologies, comme Windows Media Player en son temps. « Microsoft doit garder cela à l’esprit », avertit Neelie Kroes. Du côté de Microsoft, on est visiblement soucieux de laisser passer l’orage. « Nous avons décidé de ne pas faire appel et de continuer à travailler en dialogue avec la Commission européenne », indique une porte-parole.

Benjamin Ferran
22/10/2007
L'Expansion

*Photo : Commission européenne
Neelie Kroes, commissaire européenne à la Concurrence, a obtenu une victoire sur Microsoft.

***Intervention du président du Conseil ECOFIN a l'IMFC...(disponible l'original anglaise)‏***

*** Speech of the President of ECOFIN Council on the International Monetary and Financial Committee IMF /

«1. I submit, in my capacity as Chairman of the EU Council of Economic and Finance Ministers, this statement which focuses notably on the world economy – and in particular the outlook and policies for the European Union -, quotas and voice reform in the IMF and the implementation of the IMF's medium term strategy.

Economic Situation and Outlook

2. Global economic activity was strong in the first half of 2007, with GDP growth of about 5%. Going forward, a continued dynamism in emerging economies, including China and India, is expected to balance the likely slowdown in the United States. Macro economic fundamentals in the EU are healthy and growth should remain robust in the rest of 2007, despite some likely temporary deceleration in the second quarter. Recent turmoil in financial markets, triggered by the difficulties of the sub-prime mortgage market in the United States, is foreseen at this stage to have only a limited impact on global growth. Nevertheless, uncertainties and downside risks to the economic outlook have increased.

3. Annual inflation in the EU has been running around 2% in the first half of 2007. The rise in unit labour costs has been subdued thanks to moderate wage inflation and significant productivity gains. Nonetheless, capacity constraints; including higher than-expected wage increases on the back of tightening labour markets as well as higher commodity prices, could constitute an upside risk to the inflation outlook, depending on the strength of economic activity.

4. The challenge at the current juncture is to support the global economy through sound policies, while continuing to promote openness and at the same time delivering adequate responses to the energy- and climate-related challenges.

In this context:

Financial turmoil erupted in July and August, originating in the US sub-prime mortgage market. It is not possible to assess the duration of the phase of higher volatility and market stress and it is too early to quantify the likely impact on the real economies. It will crucially depend on future developments in the financial markets. The international financial system as well as the global economy in general are in a good position to withstand this disturbance. We should nevertheless continue to carefully monitor these developments. While these developments may reflect a healthy correction towards a sounder pricing of risk, they have also raised issues related to the proper functioning of some markets and to the assessment of risk transmission channels. A careful examination of the underlying causes of the recent turmoil should help identify problem areas as well as possible remedies. This will require a thorough analysis with a global perspective, including in an IMF framework and with the involvement of the Financial Stability Forum. EU Finance Ministers and Governors also gave a mandate to its Economic and Financial Committee to review alongside our international partners how to further improve transparency of complex financial instruments, of institutions and vehicles as well as how to improve valuationprocesses, risk management and liquidity stress testing. They will also take a closer took at the role of rating agencies in structured finance. Global imbalances remain an important challenge, although recent largely cyclical developments have gone some way towards a rebalancing of global growth and thereby containing current account imbalances. The orderly unwinding of the global imbalances is a shared international responsibility and we welcome progress made in the context of the IMF multilateral consultation on global imbalances. At this point the implementation of policies, consistent with the strategy endorsed by the IMFC in September 2006, is key. In this light, we ask for continued attention for this issue and urge all participants to continue, and where possible speed up, the implementation of the agreed policy plans. On international trade policy, the EU remains fully committed to support the re-launch of the Doha trade negotiations announced in Geneva. In this regard, we stress the need for an ambitious, balanced and comprehensive agreement. Maintaining and strengthening the multilateral trade system based on the WTO is of key importance for the growth and employment prospects of the global economy, as well as for development. We call on key partners to act in the same spirit of constructive commitment in order to bring the negotiations to a successful close. The EU economic policy strategy remains oriented towards improving the conditions for more growth and jobs and fostering the success of the European Economic and Monetary Union (EMU). Sound macroeconomic policies are essential to support a well-balanced economic expansion and to realise of Europe's current growth potential. Prudent fiscal policies and implementing structural reform remain important, not least to underpin long-term sustainability of public finances in the context of population ageing. In a number of EU Member States the budgetary situation improved in 2006, partially due to the improvement in cyclical conditions, with government deficits falling below the reference value of 3% of GDP. Reforms of pension systems have been implemented in a number of countries, but more needs to be done to improve the long term sustainability of public finances and address increasing age-related expenditure. Fiscal consolidation remains a challenge and Member States are committed to ensure sound fiscal positions in line with the Stability and Growth Pact. Progress in implementing structural reforms is crucial to increase the growth potential of the EU, promote stability and support a smooth functioning of EMU and promote the resilience to shocks. The re-launched Lisbon strategy reinforces the Union’s priorities of achieving growth and employment by strengthening the Internal Market and Europe's competitiveness, promoting knowledge and innovation, unlocking business potential and increasing employability. The EU is building upon the reforms already underway and focuses on areas such as fostering competition and improving the adaptability of labour markets. The structural reforms carried out in the EU have had positive effects. In particular the relatively robust employment growth coupledwith the marked drop in unemployment and well contained inflationary pressures, suggests that there has been some structural improvement in the functioning of labour markets. Strengthened reform efforts are needed in most countries to achieve higher rates of sustainable growth and employment creation in the long run, ensure smooth adjustment processes in the euro area, cope with the challenges of ageing and reap the full benefits of globalisation. A well-functioning Internal Market remains at the heart of the Lisbon Agenda for Growth and Jobs. Given the challenges and opportunities of globalisation, it is important to further improve the functioning of the Single Market, including through the Single Market Review. An effective, efficient and equitable response to the challenges of climate change and its consequences for global economic development require collective international action. The EU has committed to transforming Europe into a highly energy-efficient and low greenhouse-gas emitting economy. We invite all countries to contribute. It is vital that we now move this integrated approach forward with cost-effective policies to promote competition, diversification of sources and cooperation between Member States as well as a positive framework for investment in the EU to ensure our common objective of a secure, affordable and sustainable energy supply. The cost-effectiveness of our approach will be particularly important in demonstrating that ambitious action can be taken in parallel with continued robust economic growth.

Quotas and voice reform in the IMF

5. EU members reiterate their commitment to reach an agreement, within the timeframe provided by the Singapore Board of Governors' resolution, on a satisfactory outcome of the reform on quotas and voice aimed at ensuring fair and adequate representation for all members of the IMF. They recognise the need on all sides to show flexibility and willingness for compromise. The outcome of the reform should be a sound and balanced package resulting in a shift of actual quota shares of advanced economies to emerging market economies, and the voting power of low income countries should be enhanced. The reform should set appropriate incentives to pursue policies consistent with IMF principles, namely openness and global integration, contribution to the global financial stability, contribution to growth and development.

New Quota formula

6. EU Member States continue to work constructively for a new quota formula to ensure an outcome which better represents the relative weight and role of members in the world economy and fully reflects the Fund’s mission and purposes, particularly its role in fostering the stability of the international monetary system and in promoting economic integration. We strongly support a principle-based formula, with a clear and strong rationale in economic terms. GDP at market exchange rates and openness should be the main variables in the new quota formula. Specifically, EU members could support the IMF proposal to attach a weight of 50% to GDP as part of a comprehensive reform package. They consider a factor of no less than 30% for openness, and a weight of variability and reserves of no more than 15% and 5% respectively. EU Member States acknowledge that inclusion of financial openness at this stage raises issues of data availability. Nevertheless they call on the staff to continue its work in this area.

7. There is no principled case for the calculation of GDP in the formula using anything other than market exchange rates. In the international monetary system, whose stability is the core responsibility of the Fund, countries' interactions (through trade or financial relations) take place at market exchange rates. Also, GDP converted at market exchange rates is the relevant measure of a member's ability to contribute to the Fund's finances, as it reflects the international market value of resources generated by an economy. In addition, as a measure of access in the event of crisis calculations at market exchange rates provide a better measure of potential need and of a member's possibility to borrow from the Fund. EU Member States reconfirm that there is no case for the exclusion from the openness variable of trade flows within economic or currency unions, since it would be inconsistent with the organization and the principles of the Fund. We strongly support the arguments put forward by the Fund against such exclusion and are not ready to accept other considerations.

8. Given that a linear formula with a higher weight on GDP tends to result in a higher calculated quota share for advanced countries as a group and a lower share for developing and emerging market countries, EU Member States support the use of a non-linear compression factor in the formula. It would rebalance the quota distribution by shifting calculated quota shares from those countries with large shares to those with smaller shares. Thus, it would protect the relative quota shares of low-income countries and emerging market countries, many of which are small economies, more efficiently than other alternatives, such as a GDP/PPP-blend.

Second round of ad hoc quota increases

9. Once a new quota formula has been agreed and with a view to achieving a significant further alignment of members' quotas with their relative positions in the world economy, a second round of limited ad hoc quota increases must take place to adjust the situation of the most under-represented members. EU members recognise that an eligibility criterion (filter) is likely to be necessary to select eligible countries for the 2nd ad hoc increase and are willing to consider the use of this filter in possible future quota increases. They are ready to consider employing PPP as an element in a filter, as part of a comprehensive package, where a satisfactory solution for other elements under discussion would be found. The filter should be non-discriminatory, and in allocating the quota increases, EU members must be treated equally with other under-represented members. The EU will actively support its underrepresented members’ reasonable demands.

10. To ensure equality of treatment of all under-represented countries in the IMF, the 1st round of increases agreed in Singapore should be considered as a down-payment, and for the allocation of the 2nd round of quota increases, the pre-Singapore quotas should be the point of reference.

11. EU members agree that future general reviews of quotas should be guided by IMF liquidity. They note that an established need for additional Fund liquidity is an essential precondition for any general increase in quotas. Basic votes and capacity strengthening

12. EU members strongly support the objective of enhancing the voice and participation of low income and transition countries in the Fund. It is therefore essential that their voting share is increased through this process. Consequently, the firm decision in Singapore to significantly increase basic votes, providing for at least a doubling, would need to be implemented in line with the timetable in the resolution. EU members are ready to consider a tripling of basic votes. They also support introducing a mechanism to safeguard the share of basic votes in total voting power. Similarly, EU members are ready to support other options that would strengthen the voice of low-income countries.

Other governance issues

13. EU member states welcome the appointment of Dominique Strauss-Kahn as Managing Director of the IMF and look forward to working closely with him. They are willing to discuss the criteria and the procedure for the selection process of the Managing Director as part of a broader reform including top management from other international financial institutions. As for the IMFC chair, EU member states welcome the nomination of Tommaso Padoa-Schioppa, and support a time-limited chairmanship and the principle of geographic diversity.

Implementing the IMF's Medium-Term Strategy

Surveillance

14. EU member states are committed to the implementation of all elements of the reform of the IMF surveillance framework. They welcome the adoption of the 2007 Decision on Bilateral Surveillance over Members' Policies as well as its prompt implementation. The new decision will provide a comprehensive basis for the Fund's bilateral surveillance. It should enhance the focus, candor, even-handedness and effectiveness of surveillance. A greater emphasis on multilateral and regional issues will be vital to identify the spill-over effects of members’ macroeconomic and financial policies on other countries. Bilateral surveillance should fully reflect the spirit of the revised decision in all of these areas. In Article IV consultations, a close focus should be given to financial sector issues.

15. In this context, EU member states welcome the Executive Board decision to set a statement of surveillance priorities and responsibilities. This will define economic and operational priorities for surveillance, clarify responsibilities and strengthen accountability.The implementation should draw on and streamline existing procedures, and should not entail an increase in administrative burden. The statement should be prepared by the staff, and its content set by the Board and endorsed by the IMFC. The Managing Director should report each year on how the management and staff are meeting their responsibilities. This report should also consider whether, in the light of global developments, surveillance priorities should be revised.

Crisis Prevention and Resolution

16. Progress should be made to further clarify the design of a new liquidity instrument for market access countries. It is important that the proposed Reserve Augmentation Line strikes a broadly appropriate balance between predictability of access and maintaining adequate safeguards for Fund resources, and is consistent with existing IMF facilities.

17. In addition, we emphasize the importance of continuing to strengthen the framework for resolving crises, in particular, the need to review the lending-into-arrears policy. This should inter alia address issues such as probabilistic debt sustainability analysis, price incentives, the "good faith principle" and the appropriate role of the Fund in setting the ‘resource envelope’ for a restructuring.

18. Sovereign wealth funds may have implications for the functioning of global financial markets due to their potential size and uncertainty surrounding the investment strategy, governance and institutional set-up. We ask the IMF to continue its analysis of these funds, building on the work carried out by other international institutions, with a view to possibly identifying set of best practices.

Trade

19. We acknowledge the importance of Aid for Trade as essential in helping many developing countries gain the full benefit from trade. We reaffirm our pledges to delivering on our Aid for Trade commitments and call on all other donors to do the same. In this context, we look forward to the full funding and early launch of the Enhanced Integrated Framework. Low income countries

20. EU members recognize the importance and support a continuing role for the Fund, under its existing facilities, in low income countries according to its mandate as set out in the medium term strategy. We consider that the IMF should give priority to enhancing the effectiveness and efficiency of its work in low income countries by focusing on macroeconomic stability and sustainable growth that support the achievement of the MDG's.

21. We note the importance of increasing the effectiveness and efficiency of public financial management including debt management in low-income countries. In this context, EU Member States call on the IMF to encourage responsible borrowing and lending and to actively support the use of the debt sustainability framework (DSF) by all borrowers and creditors. Meanwhile, EU Member States, as official creditors, commit themselves to adhere to these same principles. Furthermore, we commend the OECD and export creditor agencies (ECAs) on coming to an agreement on the provision of ECA data to the IMF in order to improve the accuracy of the DSF. We welcome the IMF's ongoing role to support the implementation of the HIPC and MDRI initiatives and its work on its own role in low-income countries in helping to manage aid flows.

22. Concerning Liberia, we call on all IMF members to contribute to the financing of the clearing of its arrears towards the IMF in line with the package proposed by the IMF in August 2007. The participation of commercial creditors is crucial to ensure debt sustainability for Liberia and we urge commercial creditors to play their full part in providing debt relief under the HIPC initiative. We look forward to the Fund's expeditious work on all the issues concerning Liberia's arrears clearance.

IMF finances

23. The EU Member States welcome the ongoing work on developing a new income model for the Fund. We support the Committee of eminent persons' analysis of the financial challenges that the Fund is facing. The measures proposed in the report and explored further by the staff offer a sound basis for further work towards putting the Fund's financing on a more sustainable basis. The proposed measures should be treated as a comprehensive package, in order to diversify the IMF's sources of income. 24. While expenditure was outside of the remit of the Committee, EU Member States believe that new revenue measures cannot be considered in isolation from what shareholding countries view as the Fund's mission, and the costs implied by that mission. This was set out in the Managing Director medium term strategy and welcomed by the IMFC. However, specific proposals should follow and reflect the continuing debate on the framework for implementation of that mission. These proposals should establish an integrated income and expenditure framework. Raising revenues and controlling costs, both by increasing efficiency and actions on administrative expenditures, and by establishing long term budgetary rules to keep expenditures within limits after having brought the new revenue generating instruments into existence, should be pursued in the context of a comprehensive exercise. For the Fund's reputation as a prudent financial advisor it will also be important to demonstrate that the Fund itself can adapt its costs to a lower level of lending activity.

25. Since the main measures envisaged by the Committee and the continued development of the Fund’s cost control framework will take time to be approved and implemented, we need to agree timely on arrangements for this process, and call on the IMF to address theses issues without delay.

Other issues

26. EU countries call for continued action by all countries to develop and implement strong programs against money laundering and terrorist financing according to the 40 Recommendations and the 9 Special Recommendations of the Financial Action Task Force (FATF). We urge the FATF to review jurisdictions that have failed to recognise the international standards. We call on the IMF and the World Bank to closely cooperate with the FATF. EU countries are committed to the effective and timely implementation of UN Resolutions 1540, 1718, 1737, 1747 and have taken action to that effect; we call on other countries to do likewise. We support the recent decisions of the FATF on the financing of proliferation of weapons of mass destruction.»

UE

Sunday, October 21, 2007

***Avant-première : Conférence ministérielle sur la politique maritime de l'Union européenne ***


***L'Union européenne possède environ 70 000 km de côtes littorales et est baignée par 6 mers et océans - y compris les régions ultrapériphériques et les îles qui en font partie. Son récent élargissement, a donné à l'Europe une nouvelle façade maritime : sur la Mer noire. De nos jours, la moitié des Européens habitent à moins de 50 km de la côte et les secteurs et services liés à la mer sont responsables de 3 à 5% du PIB européen. Le développement d'une politique maritime intégrée est, de ce fait, essentielle pour tous les Etats membres, même pour ceux n'ayant pas de ligne côtière.

La conférence ministérielle sur la politique maritime de l'Union européenne, qui se tient à Lisbonne le 22 octobre de 2007, est une initiative majeure de la présidence portugaise dans le domaine des mers et des océans, d'autant qu'elle relève sa dimension stratégique pour l'Europe.

Cette conférence prétend rassembler autour d'une même table, pour la première fois, les décideurs politiques qui sont chargés des affaires de la mer, quelle que soit l'organisation des pouvoirs dans chaque pays européen. En outre, seront encore présents les pays de l'AELE de l'Espace économique européen, ainsi que les principales institutions européennes impliquées dans ces domaines. Ensemble, ils auront pour la première fois l'occasion de débattre de la communication «Pour une politique maritime intégrée de l'Union européenne», et du plan d'action respectif que la Commission a adopté le 10 octobre 2007.

Cette nouvelle politique s'inscrit dans les priorités guidant actuellement le travail de l'Union (à savoir les axes «Croissance et emploi» de la Stratégie de Lisbonne et «Développement durable» de la Stratégie de Göteborg) et a pour finalité de promouvoir une économie maritime européenne dynamique et de tirer pleinement partie du potentiel des océans de façon durable. C'est dans cette otique qu'une nouvelle approche, intégrée et intersectorielle, est maintenant proposée par rapport aux affaires de la mer, tout en creusant et en concrétisant un programme de travail ample et cohérent.

Les principales priorités de la politique maritime européenne se traduisent en 26 actions (à concrétiser d'ici la fin du mandat de la Commission), d'autres pouvant s'y greffer en cours de route. L'approche suppose des actions horizontales (en particulier quant à la saisie et à l'emploi des informations relatives à la planification spatiale maritime et aux domaines de la sécurité-sûreté), mais aussi une approche holistique de la gouvernance maritime à tous les échelons, en particulier au niveau des régions et des Etats membres.

La conférence ministérielle de Lisbonne entend encore favoriser l'analyse de la communication de la Commission, sur le processus de consultation publique conduit entre juin 2006 et juin 2007 en Europe, sur le livre vert «Pour une politique maritime future de l'Union : une vision européenne pour les océans et pour les mers».

Dans ce cadre, la présidence portugaise souhaite préparer les conclusions du Conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement du mois de décembre prochain. Ainsi, la présidence attend de ces conclusions, qu'elles constituent un socle ferme permettant d'ériger une politique maritime effective pour l'Union au XXIe siècle, ce qui passera nécessairement par l'adoption de mesures concrètes et non controversées dès 2008, au cours des présidences slovène puis française.

UE
2007-10-10

Saturday, October 20, 2007

***«Nous nous sommes acquittés de tous les objectifs fixés pour ce Sommet»‏***


***«Nous nous sommes acquittés de tous les objectifs fixés pour ce Sommet. Hier, nous avons conclu le Traité de Lisbonne.

Aujourd'hui, nous avons discuté du futur de l'Europe» a affirmé José Sócrates, Premier ministre portugais et président du Conseil de l'Union européenne, à l'occasion de la conférence de presse de clôture du Sommet informel de Lisbonne. Pour José Sócrates, l'"Europe est à présent plus confiante et mieux préparée" pour pouvoir relever les défis de la mondialisation.

Le président en exercice du Conseil de l'UE a encore souligné que ce conseil informel prouve que les 27 leaders européens estiment qu'il revient à l'Europe de "diriger le débat sur la mondialisation".Un débat qui suppose non seulement de "repenser les institutions internationales afin qu'elles répondent mieux aux enjeux de la mondialisation", mais aussi de lancer un agenda centré sur l'innovation, l'éducation ainsi que sur les questions environnementales et climatiques.

Le Premier ministre portugais a également annoncé que lors du Sommet européen des 13 et 14 décembre prochains, une décision sera prise quant à la création d'un comité de sages chargé d'analyser les défis de l'Europe dans le contexte de la mondialisation, de même une déclaration de l'UE sera adoptée à ce sujet.Ajoutant qu'après ce sommet-ci, l'Europe a renfloué sa force dans le monde : «c'est plus forts que nous nous acheminons vers les sommets avec la Russie, la Chine et l'Inde».«La présidence portugaise vient d'écrire une page importante de l'histoire de l'Europe», affirmait pour sa part José Manuel Barroso. Le président de la Commission européenne a encore signifié que le Portugal peut s'enorgueillir de sa présidence.

UE
20/10/2007

Friday, October 19, 2007

***M. Sarkozy souhaite que la France ratifie le nouveau traité européen dès décembre***


***Nicolas Sarkozy a souhaité que le nouveau traité européen, approuvé par les vingt-sept pays membres dans la nuit du jeudi 18 au vendredi 19 octobre, soit ratifié par Paris "dans les plus brefs délais", à savoir dès le mois de décembre, afin que la France soit un des "premiers pays d'Europe" à le faire.

***************************************************
L'adhésion de la Tuquie liée à la création d'un "comité de sages" sur l'avenir de l'UE :

Malgré l'optimisme provoqué par la future adoption d'un traité européen, la question de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne continue de poser des problèmes au sein des Vingt-Sept. M. Sarkozy, qui, à l'instar d'Angela Merkel, prône un partenariat privilégié, a annoncé, vendredi, qu'il établissait un lien entre la création d'un "comité des sages" pour l'avenir de l'UE et l'ouverture de nouveaux chapitres de négociation avec la Turquie. "Il va de soi que, dans ces conditions, il n'y aura pas d'ouverture de nouveaux chapitres turcs au mois de novembre et que tout ceci est repoussé au mois de décembre", a-t-il estimé, après que le premier ministre portugais, José Socrates, a proposé "la création d'un groupe (...) de dix à douze membres, qui réfléchira à l'avenir de l'Europe et à sa place dans la globalisation" en décembre. C'est le président français qui a proposé la création d'un tel groupe, une mesure que certains dirigeants européens, comme le premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, remettent en cause. – (Avec AFP.)
********************************************

"Après avoir bloqué la Constitution, vous comprendrez qu'en tant que chef de l'Etat, je ne verrai que des avantages à ce que la France montre l'exemple de l'adoption de nouvelles institutions", a affirmé M. Sarkozy, lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet européen de Lisbonne. Jeudi soir, il avait réuni le président polonais, Lech Kaczynski, et le président du conseil italien, Romano Prodi, pour surmonter les ultimes difficultés liées à l'adoption d'un traité qu'il a qualifiée de "très bonne nouvelle pour l'Europe".

"Nous l'avions imaginé, nous l'avions rêvé, et bien le voici réalisé, s'est félicité le chef de l'Etat, l'Europe s'est dotée d'un traité simplifié, j'avais eu l'occasion d'en avancer l'idée, voici donc l'Europe qui sort de dix années d'imbroglio institutionnel."

BONS POINTS POUR BARROSO, BLAIR ET JUNCKER

M. Sarkozy s'est également prêté au jeu des pronostics pour les postes à haute responsabilité qui doivent être attribués à l'issue du sommet de Lisbonne. A la présidence de la Commission, il verrait bien un deuxième mandat pour José Manuel Barroso – "un très remarquable président de la Commission" –, alors que pour la présidence du Conseil européen, il hésite encore entre Tony Blair – "un homme très remarquable, c'est le plus européen des Anglais" – et le premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker – "qu'il puisse être le premier président, c'est une idée intelligente".

Pour le reste, M. Sarkozy a une nouvelle fois refusé d'évoquer son divorce d'avec Cécilia Sarkozy. "Mon état d'esprit est très simple. J'ai été élu par les Français pour apporter des solutions à leurs problèmes, pas pour commenter ma vie privée", s'est-il contenté de dire.

LE MONDE avec AFP et Reuters
19.10.2009

*Photo : AFP/ERIC FEFERBERG
Nicolas Sarkozy, vendredi 19 octobre 2007 à Lisbonne.

***Les leaders européens approuvent le Traité de Lisbonne***


***"Le nouveau Traité de Lisbonne a vu le jour aujourd'hui. Il s'agit d'une victoire pour l'Europe". C'est sur cette déclaration que le président du Conseil de l'Union européenne, José Sócrates, a annoncé l'accord des leaders européens à l'égard du nouveau traité réformateur. Pendant la conférence de presse qui a clos la première journée de ce Sommet informel de Lisbonne, José Sócrates a également annoncé que le traité réformateur de l'UE sera formellement signé le 13 décembre 2007 à Lisbonne.

Pour le président en exercice du Conseil de l'UE cet accord sur le nouveau traité permet à l'Europe de "transposer une impasse longue de plusieurs années et de transposer sa crise institutionnelle, en franchissant par la même occasion un pas important quant à son affirmation".

«Grâce à cet accord et grâce au nouveau Traité, l'Europe montre que le projet européen est en essor», a encore souligné José Sócrates, en précisant qu'à partir de maintenant l'Europe peut regarder le futur avec confiance"

"La présidence portugaise s'est acquitté de son plan : discuter et approuver le traité jeudi et, vendredi, commencer l'examen des questions importantes quant à l'avenir de l'UE", a déclaré José Sócrates. Le président du Conseil de l'UE a remercié publiquement le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, de tout l'appui donné à la présidence au long de ce processus visant à conclure le Traité.

Toujours pendant la conférence de presse, José Manuel Barroso s'est manifesté «extrêmement heureux» de l'accord conclu entre les 27 Etats membres de l'UE. «Il est vrai qu'au cours de la présidence allemande de grands pas ont pu être faits, mais nous avons compté sur la détermination et sur la compétence de la présidence portugaise pour parvenir à cet accord historique», a dit le président de la Commission.

Selon Barroso, dotée d'un Traité réformateur, l'Europe est mieux bardée pour assumer son rôle dans le monde et pour résoudre les problèmes de l'économie et de ses citoyens".

UE
Date: 2007-10-19

Thursday, October 18, 2007

***L'homme se maquillait et allait à la pêche aux moules il y a 164 000 ans...!***


***Étude archéologique

L'homme se maquillait et allait à la pêche aux moules il y a 164 000 ans :

Sur cette photo fournie par l'Institut des origines de l'homme à l'université d'État de l'Arizona, Curtis Marean examine une section d'une grotte à Pinnacle Point en Afrique du Sud, au mois de novembre 2006, où ce chercheur et les collègues de son équipe ont trouvé des pigments d'ochre, de fines petites lames et des restes de coquillages apprêtés remontant à 164 000 ans.

Manger des moules et se maquiller. Il y a 164 000 ans, soit bien plus tôt que les archéologues le pensaient jusqu'ici, les humains s'adonnaient déjà à ces activités qui témoignent d'une vie «moderne», selon de nouvelles découvertes rendues publiques ce jeudi.
Une équipe de chercheurs, qui publie ses conclusions dans la revue Nature de jeudi, a trouvé dans une grotte de la côte sud-africaine trois indices qui témoignent d'un mode de vie «moderne» dès cette époque: des restes de coquillages ramassés et cuits, des pigments ocres qui servaient apparemment à se maquiller et de petites lames très évoluées.

Ces différents éléments retrouvés ensemble, et surtout la pêche aux coquillages qui pousse à une vie sédentaire, témoignent d'une vie sociale en groupe. «Cela ressemble aux découvertes archéologiques correspondant à des périodes bien plus récentes», commente Curtis Marean, anthropologue de l'Institut des origines de l'homme à l'université de l'Arizona.

Les homo sapiens auraient donc cuisiné des coquillages environ 40 000 ans plus tôt que ce qu'on pensait: jamais on n'avait trouvé une trace aussi ancienne d'une nourriture autre que celles que les hommes pouvaient cueillir ou ramasser sur la terre ferme.

Selon Marean, les hommes, ou plus sûrement les femmes, devaient marcher sur trois à cinq kilomètres pour se rendre à l'endroit où ils ramassaient des coquillages et les ramener jusqu'à leur grotte sur le site de Pinnacle point, non loin de l'Océan indien. Là, ils faisaient cuire les crustacés sur des pierres chaudes jusqu'à ce qu'ils s'ouvrent sous l'effet de la chaleur. Au menu, différentes variétés de moules, des palourdes, des bigorneaux et même des coquillages qui vivent sur la peau des baleines.

Avec ses collègues, Marean a testé cette très ancienne cuisine: «On les a préparés de la même façon, (...) c'est un petit peu plus sec» que la cuisson moderne à la vapeur, a-t-il rapporté lors d'un entretien téléphonique.

L'équipe a également mis au jour 57 morceaux de pierre brune ou rose, qui, broyées, auraient servi à se maquiller afin d'adresser des messages symboliques aux autres.

Il s'agit d'une «découverte fantastique», juge Alison Brooks, professeure d'anthropologie à l'université George Washington de Washington, qui n'a pas participé à l'étude. A la lumière de cette découverte, les anthropologues doivent revoir leurs estimations sur l'époque à laquelle il situaient la «révolution» de la modernité humaine, vers 40 000 à 70 000 années, juge Brooks, tout comme Kathy Schick, co-directrice de l'institut de l'âge de pierre de l'université d'Indiana. AP

Associated Press (AP)
Seth Borenstein
18/10/2007
Canoë

AP Photo/Donald Johanson, Arizona State University :
Sur cette photo fournie par l'Institut des origines de l'homme à l'université d'État de l'Arizona, Curtis Marean examine une section d'une grotte à Pinnacle Point en Afrique du Sud, au mois de novembre 2006, où ce chercheur et les collègues de son équipe ont trouvé des pigments d'ochre, de fines petites lames et des restes de coquillages apprêtés remontant à 164 000 ans.

*Lien ci-dessus!

Saturday, October 13, 2007

***Conférence de négociation relative à l'adhésion de la Croatie à l'UE***


***Le SEAEC préside la conférence de négociation relative à l'adhésion de la Croatie à l'UE :

Le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et à la Coopération, João Gomes Cravinho, se rend à Bruxelles le 12 octobre afin de présider à une conférence intergouvernementale visant les préparatifs de l'adhésion de la Croatie à l'Union européenne. Deux nouveaux chapitres seront ouverts dans le cadre des négociations d'adhésion de cette ancienne république yougoslave. Les thèmes inscrits à l'ordre du jour ont trait aux consommateurs et aux relations extérieures.

A l'occasion de ce déplacement, João Gomes Cravinho ouvrira encore le séminaire du réseau des «policy planners» des ministères des Affaires étrangères de l'UE, promu le jour-même par le SG du Conseil de l'Union européenne à Bruxelles et qui s'intitule : «Putting Effective Multilateralism to the test» - Le véritable multilatéralisme mis à l'épreuve.

2007-10-11

UE

***AL GORE : Un Nobel qui dérange***


***L'ancien vice-président américain vient de se voir attribuer le prix Nobel de la paix pour sa campagne de sensibilisation aux dangers du réchauffement climatique. Si l'exactitude scientifique du film Une vérité qui dérange fait encore débat, la récompense a valeur de symbole, et pourrait bien changer la donne électorale aux Etats-Unis.

Le prix Nobel de la paix à été décerné vendredi 12 octobre à l'ancien vice-président américain Al Gore, ainsi qu'aux membres du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat). Pour le président du comité Nobel, Ole Danbolt Mjoes, Al Gore est probablement "l'individu qui a fait le plus pour que l'on comprenne mieux à travers le monde les mesures qui doivent être adoptées". Une allusion au film documentaire An Inconvenient Truth, réalisé en 2006 par David Guggenheim, qui met en images le combat d'Al Gore contre le réchauffement de la planète.

Le film, récompensé aux Oscars en février 2007, véhicule un message choc : l'humanité doit agir de toute urgence pour désamorcer la bombe à retardement que représente le réchauffement climatique. Il se base pour cela sur de nombreuses études scientifiques dont le sérieux n'a jamais été mis en cause. Mais on a reproché au film d'être avant tout une œuvre politique remplie d'imprécisions.

Ainsi, Damian Thompson, du Daily Telegraph, rappelle qu'un juge anglais a récemment estimé qu'avant de diffuser le film dans les écoles britanniques, le guide de diffusion aux enseignants devrait obligatoirement comporter un avertissement. "Cela parce que le film est bourré d'erreurs et de revendications infondées", note le journaliste.

"Le juge ne prétend pas (et moi non plus) que la thèse d'Al Gore est totalement fausse. Mais, en un sens, ce jugement est bien plus accablant. Gore assure que l'augmentation de CO2 dans l'atmosphère et la hausse des températures 'cadrent parfaitement'. Ce qui, aux dires du juge Burton, est faux : il y a bien un lien de causalité, mais pas une exacte corrélation. Gore prétend que le niveau des mers augmentera de plus de 6 mètres dans un avenir proche. Faux, répond le juge : cela n'arrivera que dans des millions d'années... Et ces atolls du Pacifique qui, selon Gore, ont dû être évacués ? Aucune preuve... Et ces ours polaires qui se sont noyés en recherchant la glace ? Là encore, rien d'avéré. L'homme n'est certes pas un menteur absolu. Mais c'est un fanfaron qui exagère sans cesse."

"Il y a tant de raisons de ne pas attribuer à Al Gore le prix Nobel de la paix", écrit-il, se demandant par ailleurs ce que Gore a bien pu faire pour la paix mondiale. "C'est là l'objection la plus fondamentale. Le réchauffement climatique est une menace pour l'environnement, pas pour la paix et l'ordre international. On a certes déjà attribué le Prix Nobel a des personnalités un peu louches. Mais on pouvait au moins défendre l'idée que leur action avait évité un bain de sang."

Dans les pages du Guardian, Mark Lynas se montre plus mesuré. "On ne peut pas dire qu'Al Gore a eu raison sur absolument tous les points. Il est vrai que le scénario apocalyptique de l'arrêt du Gulf Stream (qui plongerait l'Europe dans une nouvelle ère glaciaire) paraît aujourd'hui improbable aux océanographes, et que Gore a eu tort de chercher un lien de cause à effet entre la fin de l'ère glaciaire et le taux de CO2 dans l'atmosphère. Mais tous ces points paraissent triviaux comparés à l'argument principal, qui décrit sans ambiguïté le consensus scientifique autour de la réalité du réchauffement climatique."

Maintenant qu'Al Gore a obtenu le prix Nobel de la paix, une autre question se pose : celui qui se décrivait autrefois comme "l'ex-futur président des Etats-Unis d'Amérique" souhaitera-t-il entrer dans la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2008. "Partout à travers le pays se forment des groupes de soutien, qui cherchent à obtenir des signatures pour qu'il se présente in extremis aux primaires", relève le webzine américain de gauche Alternet. "Certains de ceux qui le soutiennent espèrent qu'il changera d'avis et entrera dans la course après le 12 octobre."

"L'urgence ressentie par la base démocrate provient en grande partie des insuffisances de la nouvelle génération, dont les principaux représentants paraissent moins visionnaires, expérimentés et sérieux et qu'Al Gore." La favorite, Hillary Clinton, n'est pas parvenue à faire oublier qu'entre 2002 et 2005 elle avait soutenu l'intervention militaire en Irak. Barack Obama, qui comptait parmi les premiers opposants à la guerre, a quant à lui la réputation de manquer d'expérience. Quand au sénateur John Edwards, il combinerait les deux handicaps.

Dans ce contexte, "Gore apparaît comme l'un des rares héros", juge Alternet. "Le seul homme politique qui a osé dire la vérité et qui s'est attiré les foudres du petit monde de Washington."

JC Pascal

Courriel International

12/10/2007

*Photo : AFP

Wednesday, October 10, 2007

***La Roumanie va-t-elle perdre ses subventions agricoles ?***

***Le ministre roumain de l'Agriculture Decebal Traian Remes a été récemment filmé au moment même où il acceptait un pot-de-vin - plus exactement une saucisse, de l'eau-de-vie et une grosse enveloppe. Bruxelles a menacé mercredi 10 octobre la Roumanie de réduire d'un quart les 440 millions d'euros alloués à Bucarest. Selon Bogdan Chirieac, "'n'importe quel pays qui ne voudrait pas se voir qualifié de république bananière aurait démis le ministre ses fonctions. (...) Mais nous sommes en Roumanie, et il est fort probable que Remes va rester ministre et s'énerver au plus haut point du fait que la presse ait publié ces images. Bruxelles a laissé un délai d'un mois à Bucarest pour ouvrir les agences chargées de distribuer les subventions. Reste à savoir si Remes sera en mesure de faire en un mois ce qu'il n'a pas été capable de faire en six." (

10.10.2007)

Eurotopics

Tuesday, October 09, 2007

***Nicolas Sarkozy se rend à Moscou pour une première visite délicate***


***Le président français Nicolas Sarkozy se rend mardi et mercredi à Moscou pour une première visite délicate destinée à donner le "la" d'une relation "franche" qu'il souhaite nouer avec la Russie de Vladimir Poutine, après avoir multiplié les critiques ces derniers mois.

Condamnations des violations des droits de l'Homme, dénonciation de la "brutalité" de Moscou dans le litige gazier avec l'Ukraine, préférence affichée pour le géant américain, l'arrivée à l'Elysée de Nicolas Sarkozy a tourné la page du temps béni des "amis" Jacques Chirac et Vladimir Poutine.

C'est dans ce climat agité que le président français doit retrouver mardi le locataire du Kremlin pour leur première rencontre bilatérale, quatre mois après le premier contact pris lors du G8 d'Heiligendamm (Allemagne).

Moscou a dit lundi espérer que la première visite, mardi, du président français en Russie permettrait "d'éclaircir la position" de la France sur les problèmes mondiaux après les "déclarations contradictoires de personnalités officielles françaises". Soulignant que la France et la Russie "coopéraient étroitement" sur un grand nombre de dossiers internationaux, "au Proche-Orient, dont le Liban, en Irak, au Kosovo, au Darfour et dans le cadre du problème nucléaire iranien", un responsable du Kremlin a estimé que cette visite serait "une occasion d'éclaircir" la position de Paris.

A la veille de cet important rendez-vous, les deux partenaires se sont efforcés, en termes diplomatiques choisis, de gommer toute tension et de souligner l'importance de leur relation.

"Il n'y a pas de contradiction entre le désir des Français de renforcer leur relation d'amitié avec les Etats-Unis et le développement de leur partenariat traditionnel avec nous", a assuré mercredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchko à l'agence Interfax. "A en juger par la première rencontre entre Vladimir Poutine et Nicolas Sarkozy (...) il y a tout lieu de penser que leurs négociations (...) seront dans le même esprit ouvert et constructif", a-t-il jugé.

"Le président Sarkozy redira à Moscou sa conviction que la Russie est, et restera un acteur majeur des relations internationales et un partenaire incontournable", lui a fait écho vendredi le porte-parole de l'Elysée David Martinon.

Les sujets d'accrochage ne manquent pourtant pas. Et le menu du repas que doit offrir Vladimir Poutine mardi soir à Nicolas Sarkozy dans sa datcha de la banlieue de Moscou s'annonce copieux.

Première pomme de discorde, le Kosovo, dont Paris prône une indépendance que Moscou, au nom de son amitié avec la Serbie, rejette vigoureusement en menaçant d'user de son droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU.

Autre sujet de tiraillement, l'Iran devrait constituer le plat de résistance des discussions des deux chefs d'Etat, à quelques jours d'un voyage du numéro un russe à Téhéran pour le sommet de la mer Caspienne. A l'inverse de la France, la Russie rechigne à donner son feu vert à une nouvelle volée de sanctions onusiennes destinées à contraindre Téhéran à renoncer à son programme nucléaire militaire.

"Comme nous, les Russes s'inquiètent d'un Iran doté de la bombe, mais ils renâclent à adopter de nouvelles sanctions", explique un diplomate français. "A Moscou, le président essaiera de comprendre pourquoi Poutine dit non".

Si l'heure est à la méfiance sur le terrain diplomatique, le voyage de Nicolas Sarkozy devrait en revanche consacrer la bonne entente des deux pays sur le terrain économique, où la collaboration va bon train.

Après les récents accords signés entre Total et Gazprom (gaz) ou Airbus et Aeroflot (livraison d'A350), de nouveaux projets seront évoqués à Moscou, comme la collaboration entre EADS et la nouvelle holding aéronautique russe UAC ou une participation française à l'avion Superjet 100 du Russe Soukhoï.

Reste la question des droits de l'Homme, que le président Sarkozy devrait à nouveau évoquer, notamment lors d'un échange avec des étudiants mercredi. "Le président y redira son amitié pour le peuple russe" mais "sans faire de concession sur le fond de ses valeurs", a prévenu David Martinon.

A l'heure du premier anniversaire de l'assassinat de la journaliste Anna Politkovskaïa, le message risque de faire grincer quelques dents.

PARIS (AFP)
09/10/07

*Photo: Alexander Nemenov, AFP

Monday, October 08, 2007

*Nicolas Sarkozy cherche de nouvelles alliances à l'est de l'Europe*


***En se présentant, jeudi 4 octobre, devant les étudiants de l'université de Sofia comme un homme "à moitié européen de l'Est", Nicolas Sarkozy a fait un pas considérable. Jamais les origines de son père, Pal, natif de Hongrie, avec qui ses relations ont toujours été distantes, n'avaient été à ce point revendiquées.
Le chef de l'Etat est décidé désormais à assumer une partie de son histoire pour mieux conduire l'offensive de charme lancée à destination des pays d'Europe de l'Est avant que la France ne préside l'Union européenne (UE) à partir de juin 2008.

"Ce n'est pas une nostalgie, mais il comprend leur sensibilité", insiste-t-on à l'Elysée, où devaient être reçus, lundi 8 octobre, le président polonais Lech Kaczynski et le premier ministre tchèque, Mirek Topolanek.

Cet intérêt pour les pays de l'Est européen n'est pas uniquement "sentimental". A plus d'une semaine du sommet de Lisbonne, où les Vingt-Sept vont se mettre d'accord sur la rédaction d'un traité simplifié, et dans la perspective de la présidence française de l'UE, M. Sarkozy se cherche des alliés au-delà du cercle traditionnel des "amis" de la France. "Si on veut relancer l'Europe, on doit trouver de nouvelles coalitions", explique un conseiller du chef de l'Etat.

"NOUS PROFITONS DES ERREURS DE CHIRAC"

Pour ces nouveaux entrants dans l'UE, aucun discours n'est trop beau. Que ce soit en Hongrie (le 12 septembre) ou en Bulgarie, M. Sarkozy a, à chaque fois, assuré ses interlocuteurs qu'ils ne faisaient pas partie "d'une deuxième division de l'Europe", et qu'"ils n'[étaient] pas là pour faire de la figuration".


Insistant sur leur histoire tragique et "le long chemin" qu'ils ont dû parcourir pour se "libérer des chaînes" du communisme, il leur a assuré, prenant exemple sur la libération des infirmières bulgares :"vous ne serez plus jamais seuls. La France sera toujours à vos côtés".

Le chef de l'Etat bénéficie d'une image pro-américaine plutôt bien perçue dans les pays de l'ancien bloc soviétique. "Nous profitons des erreurs de Chirac", dit-on à l'Elysée.


Depuis 2002, M. Sarkozy a multiplié les visites à Bucarest, Varsovie, Budapest et Sofia, alors que les propos de l'ancien président à l'égard de ces pays, "qui auraient mieux fait de se taire" plutôt que d'afficher leur atlantisme, les avaient vexés.


En 2006, explique un conseiller de M. Sarkozy, celui-ci s'était rendu aux cérémonies d'anniversaire de la grève du chantier naval de Gdansk, en Pologne, "alors que M. Chirac n'avait envoyé personne".

Pour se garantir de nouveaux alliés, M. Sarkozy joue sur un levier : la méfiance des nouveaux entrants à l'encontre de l'Allemagne et de la Russie dont dépend une bonne partie de leurs approvisionnements énergétiques. "Yalta, c'est fini", avait-il assuré devant Vladimir Poutine lors d'un face-à-face entre les deux hommes lors du G8 d'Heilingendam. Une "sortie" qu'il ne manque pas de rappeler à chacun de ses entretiens avec ses hôtes.


Philippe Ridet

Le Monde
*PHOTO : AFP/ERIC FEFERBERG
Nicolas Sarkozy, à Budapest, le vendredi 14 septembre.

Friday, October 05, 2007

***Conférence intergouvernementale de 2007 : Projet de traité modificatif...UE***


*** À la lumière des résultats de la CIG de 2000 qui a abouti au traité de Nice, le Conseil européen a décidé fin 2001 d'organiser une Convention chargée d'examiner comment rendre l'Union plus démocratique, plus transparente et plus efficace. Cette Convention, qui s'est réunie entre mars 2002 et juillet 2003, a élaboré un traité établissant une Constitution pour l'Europe, qui devait remplacer les traités existants. Présenté ensuite à une CIG, ce traité a fait l'objet d'un accord en juin 2004, sous une forme légèrement modifiée, puis a été signé en octobre de la même année.

Les problèmes rencontrés en 2005 au cours du processus de ratification du traité constitutionnel ont amené l'Union à engager un processus de réflexion sur une future réforme. À l'issue de ce processus, en juin 2006, le Conseil européen a invité la future présidence allemande à élaborer un rapport sur la voie à suivre.

Ce rapport, ainsi que les travaux entrepris par la présidence allemande, ont permis au Conseil européen, lors de sa réunion des 21 et 22 juin 2007, de décider de la convocation d'une CIG afin de rédiger un "traité modificatif" modifiant les traités actuels en vue de renforcer l'efficacité et la légitimité démocratique de l'Union élargie et d'améliorer la cohérence de son action extérieure. La CIG mènera ses travaux conformément au mandat détaillé sur lequel le Conseil européen a marqué son accord.

La CIG doit achever ses travaux le plus rapidement possible, et en tout état de cause avant la fin de 2007, afin de laisser suffisamment de temps pour que le traité qui en sera issu soit ratifié avant les élections au Parlement européen de juin 2009. Ainsi que l'a convenu le Conseil européen, la présidence portugaise établira un projet de texte de traité conformément aux termes du mandat et le soumettra à la CIG dès son ouverture.

La CIG se déroulera sous l'autorité globale des chefs d'État ou de gouvernement, assistés des membres du Conseil "Affaires générales et relations extérieures". Un représentant de la Commission participera aux travaux de la conférence. Le Parlement européen, avec trois représentants, y sera aussi associé étroitement et concrètement. Le Secrétariat général du Conseil en assurera le secrétariat.

UE

*Projet de traité modificatif : Lien ci-dessous!
http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/cg00004.fr07.pdf

Projet de déclarations : Lien ci-dessus!
http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/cg00003.fr07.pdf